Signes d’exploitation financière


maltraitance affective / lundi, février 25th, 2019
0

Dans ce billet, vous apprendrez tout sur les signes avant-coureurs de l’exploitation financière.

L’argent fait tourner le monde.

Elle nous donne la liberté de faire ce que nous voulons, d’acheter ce dont nous avons besoin et de poursuivre nos rêves.

Même si vous n’êtes pas riche, vous pouvez obtenir un meilleur emploi, gagner plus, dépenser et investir comme bon vous semble et prendre vos propres décisions financières.

Du moins, la plupart d’entre nous. Mais certains d’entre nous ne le font pas.

Certains d’entre nous sont sous l’emprise d’un tyran financier, quelqu’un qui utilise l’argent pour nous maintenir en place, contrôler nos libertés et nous faire sentir insécurisés et inutiles.

L’exploitation financière est une forme trop réelle de violence familiale dans laquelle l’un des partenaires prend tout le contrôle des finances, ce qui rend l’autre partenaire complètement dépendant. Il va souvent de pair avec la violence psychologique et physique.

Elle est présente dans 98% des cas de violence domestique, selon le Réseau national pour mettre fin à la violence domestique (NNEDV).

Ce manipulateur financier peut être un homme ou une femme, mais bien souvent vous voyez cette situation dans les relations où l’homme est le principal soutien de famille et la femme reste à la maison ou gagne moins.

Petit à petit, le partenaire qui gagne de l’argent gagne de plus en plus de contrôle sur les finances, surtout si l’autre partenaire n’est pas à l’aise avec l’argent ou ne s’intéresse pas à la façon dont il est géré.

Mais même les personnes les plus averties sur le plan financier peuvent être victimes du manipulateur financier qui utilise l’intimidation, les menaces et les comportements passif-agressifs pour être le maître de l’argent.

Certains abuseurs financiers sont des mauvais payeurs qui s’assoient et permettent à leur partenaire de faire tout le travail pendant que les abuseurs contrôlent les cordons de la bourse.

Est-ce que tout cela vous semble familier ?

Si c’est le cas, voici quelques signes d’exploitation financière auxquels il faut prêter attention :

Votre partenaire insiste pour gérer les comptes bancaires et ne vous donne pas accès.

Votre partenaire insiste sur le fait que vous êtes incapable de bien gérer votre argent.

Votre partenaire prend toutes les décisions financières liées à l’épargne et aux placements.

Votre partenaire refuse de partager son revenu.

Votre partenaire vous cache de l’argent.
Votre partenaire limite vos dépenses ou vous demande la permission avant de dépenser.

Votre partenaire vous met sur une allocation ou un budget avec de l’argent comptant seulement.

Votre partenaire surveille vos dépenses dans votre dos.

Votre partenaire vous demande de lui remettre les reçus.

Votre partenaire vous oblige à lui donner accès à vos comptes bancaires.

On vous donne l’impression que vous n’avez pas de droits financiers dans la relation.

Votre partenaire vous vole de l’argent, à vous ou à votre famille.

Votre partenaire ne travaille pas et vous oblige à payer toutes les factures.

Votre partenaire vous menace financièrement si vous faites quelque chose qu’il ou elle n’aime pas.

Votre partenaire vous empêche de travailler ou d’aller à l’école.

Votre partenaire vous cache des ressources comme de la nourriture, des vêtements, des médicaments, etc. pour vous punir ou vous contrôler.

Votre partenaire dépense librement pour lui-même, mais rarement pour vous.

Votre partenaire vous oblige à lui remettre vos chèques de paie ou d’autres sources de revenu.

Votre partenaire vous demande de signer des documents sans expliquer ce qu’ils sont.

Votre partenaire vous force à accepter une procuration pour qu’il ou elle puisse signer des documents juridiques.

Votre partenaire vous oblige à communiquer votre numéro de sécurité sociale, votre NIP et d’autres informations d’identification.

Votre partenaire menace de quitter la relation et de vous laisser sans ressources financières.

Si vous êtes victime de violence financière de la part de votre partenaire, vous pouvez prendre certaines mesures pour reprendre le contrôle de votre vie et de vos finances.

Il peut sembler écrasant et effrayant d’aborder ce problème directement avec votre partenaire ou votre conjoint, de sorte que la meilleure chose que vous puissiez faire au départ est de vous informer et de constituer des réserves d’argent en votre propre nom.

Note : Si vous vous sentez concerné par votre sécurité, contactez la ligne d’assistance téléphonique nationale contre la violence domestique.

Voici quelques mesures que vous pourriez envisager de prendre :

Accédez aux dossiers financiers et personnels.

Essayez d’avoir une meilleure idée de votre situation financière et préparez-vous à la possibilité que la relation prenne fin en faisant des copies de vos dossiers financiers et personnels. Mettez ces copies dans un endroit sûr où votre agresseur ne peut pas y avoir accès, comme un coffret de sûreté à votre nom.

Inclure le plus grand nombre possible de ces documents :

  • Certificats de naissance et cartes de sécurité sociale pour toute la famille
  • Cartes d’assurance pour toute la famille
  • Copies des numéros de compte chèque, de compte d’épargne et de carte de crédit
  • Copies de tous les registres d’actions ou de fonds communs de placement
  • Renseignements sur le prêt ou l’hypothèque
  • Votre dossier de crédit le plus récent
  • Déclarations d’impôts des deux dernières années ;
  • Titre du véhicule
  • Acte de vente de votre maison ou de votre bail de location
  • Relevés de régime de retraite
  • Photos de biens de valeur comme des voitures, des bijoux, des meubles, etc.

Construisez une cachette financière secrète.

Un abuseur financier tentera de vous garder complètement dépendant de lui pour l’argent. Sans argent, vos options et vos ressources d’aide sont limitées.

Ouvrez un compte chèque à votre nom seulement et assurez-vous que les relevés ne sont pas postés à votre domicile. Établissez un NIP de sécurité que votre partenaire n’arrive pas à deviner.

Si vous ne pouvez pas ouvrir un compte, gardez l’argent que vous pouvez épargner auprès d’une personne en qui vous avez confiance.


Lire en rapport : 12 signes surprenants d’abus verbaux


Gagnez de l’argent supplémentaire – même un petit revenu ici et là peut s’accumuler au fil du temps pour vous aider à obtenir de l’aide quand vous en aurez besoin.

Soyez créatif et utilisez toutes vos ressources pour trouver des moyens de gagner et d’économiser de l’argent – qu’il s’agisse de vendre des objets d’artisanat sur eBay, de faire du baby-sitting ou d’écrire en ligne en freelance.

Demandez à emprunter de l’argent à des amis et des parents en qui vous avez confiance comme filet de sécurité.

Éduquez-vous financièrement.

Si vous ne savez pas épargner et investir, renseignez-vous. Ne pas savoir comment accéder à votre argent ou le gérer peut vous garder attaché à votre agresseur financier.

Ne laissez pas un manque de connaissances vous maintenir dans une position qui sabote votre sécurité financière, votre sécurité et votre estime de soi. Il y a tellement d’informations gratuites disponibles en ligne pour vous aider.

Voici une liste de quelques-uns des meilleurs sites de gestion financière personnelle de base. De plus, jetez un coup d’œil à ces outils gratuits sur l’autonomisation financière que vous pouvez télécharger immédiatement.

Protégez vos comptes existants.

Si votre agresseur accède à vos comptes et dépense votre argent à votre insu ou sans votre consentement, prenez des mesures pour l’en empêcher.

Communiquez avec votre banque et les sociétés émettrices de cartes de crédit et demandez à ce que vos numéros de compte, vos NIP, mots de passe et autres codes d’accès soient modifiés.

Créez des mots de passe difficiles à deviner pour votre partenaire et placez-les dans un endroit auquel il ne peut pas accéder. Assurez-vous d’utiliser un ordinateur sûr auquel votre partenaire ne peut pas accéder.

Si vous craignez que votre partenaire n’ouvre un compte à votre nom ou n’utilise vos renseignements personnels à votre insu, vous pouvez placer une alerte à la fraude auprès de l’un des trois bureaux de crédit (qui informera les deux autres une fois qu’il aura été placé).

Vous pouvez également obtenir une copie de votre dossier de crédit auprès de ces bureaux pour vous assurer que votre crédit n’a pas été affecté par les actions de votre partenaire.

Rencontrez un avocat pour discuter de vos droits.

Utilisez une partie de l’argent que vous avez économisé ou emprunté pour rencontrer un avocat pour une consultation. Un avocat en divorce digne de confiance peut vous donner une meilleure idée de vos droits financiers dans votre État (même si vous décidez de ne pas mettre fin à la relation tout de suite).

Expliquez comment votre partenaire ou votre conjoint vous maltraite financièrement et quelles mesures vous pouvez prendre pour vous sortir de cette situation.

Informez les autres de votre situation.

Vous couvrez peut-être votre agresseur parce que vous êtes gêné ou que vous avez honte de la situation difficile dans laquelle vous vous trouvez. Mais cacher le problème ne vous servira pas à grand-chose si la relation prend fin.

Si vous envisagez de mettre fin à la relation, informez les policiers de votre situation d’exploitation financière (et de tout autre type d’exploitation) afin qu’un dossier et une réponse soient prêts lorsque vous en aurez besoin.


Lire en rapport : Comment faire face à un manque d’empathie de la part de votre conjoint


Prenez des notes sur l’exploitation financière et documentez ce que vous pouvez. Parlez à quelques amis ou membres de votre famille en qui vous avez confiance et montrez-leur ce qui se passe afin que vous ayez des témoins qui peuvent se porter garants pour vous si nécessaire.

Plus une situation de violence financière dure, plus il sera difficile de faire valoir vos droits et de sauver votre sécurité financière. Prenez des mesures dès maintenant pour vous protéger, vous et votre argent, afin de ne pas dépendre entièrement de votre agresseur.

Si vous craignez pour votre sécurité physique en prenant des mesures, communiquez avec la ligne d’assistance téléphonique nationale en cas de violence domestique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *