Effets de la violence psychologique (7 effets néfastes à long terme)


maltraitance affective / samedi, février 9th, 2019

Avez-vous – ou quelqu’un que vous aimez – souffert d’une relation violente ?

Même si cette relation est maintenant terminée, il se peut que vous viviez encore avec les effets à long terme de la violence psychologique. Le soulagement qu’apporte le fait de ne plus être soumis à un traitement abusif n’efface pas son impact sur votre bien-être psychologique.

A étude canadienne concernant 1 000 femmes âgées de 15 ans et plus a permis d’obtenir les statistiques suivantes :

  • 35 % des femmes avaient été victimes de violence psychologique en grandissant
  • 43 % avaient été victimes d’une forme ou d’une autre de violence pendant leur enfance ou leur adolescence
  • 39 % avaient été victimes de violence psychologique dans une relation au cours des cinq dernières années

Peu importe ce que vous avez vécu avec un conjoint, un partenaire, un parent ou un ami violent, vous avez le droit d’appeler la violence comme elle est, de lutter pour votre indépendance et de vivre la guérison.

Et votre prise de conscience est le premier pas vers l’apprentissage de la façon de se remettre de la violence psychologique.

Connexe : 61 Signes de violence psychologique

Vous ne vous rendez peut-être même pas compte que ce que vous avez subi dans cette relation équivaut à de la violence psychologique. Le mot  » violence  » évoque généralement des images de femmes et d’enfants meurtris et battus, trop effrayés ou encore trop attachés à l’agresseur pour s’enfuir.

Mais les agresseurs émotionnels n’ont pas besoin de vous toucher pour laisser des cicatrices. Leurs paroles et autres comportements peuvent devenir votre prison mentale, et ce n’est pas facile d’y échapper.

Si quelqu’un dans votre vie vous fait (ou faisait) régulièrement ce qui suit, vous avez probablement une connaissance intime des effets de la violence psychologique :

  • Vous critiquer constamment (votre comportement, votre performance, votre apparence, etc.)
  • Vous humilier à la maison et en public
  • Vous blâmer quand vous évoquez quelque chose qu’ils ont fait pour vous blesser
  • Stonewalling ou l’utilisation du traitement silencieux
  • Menacer de vous faire du mal ou de faire du mal à quelqu’un que vous aimez (ou à vous-même) si vous ne faites pas ce qu’il veut
  • Contrôler vos finances et utiliser l’argent pour vous contrôler et vous manipuler
  • Vous décourager de sortir – pour passer du temps avec d’autres personnes ou pour aller au travail, à l’école ou à d’autres occupations – afin que vous puissiez rester à la maison et faire ce qu’ils veulent

Cette liste n’est pas exhaustive. En termes simples, s’il y a un déséquilibre de pouvoir constant dans votre relation – en faveur de l’autre personne – alors que vous devriez traiter l’autre avec respect et considération mutuels, il y a un problème.

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas de bleus ou de cicatrices à cacher que vous ne souffrez pas d’abus. Les effets de la violence psychologique ne sont pas évidents, surtout au début, mais ils sont profonds. Et ils affectent chaque relation que vous avez.

Violence psychologique conjugale

Il y a une autre chose dont il faut tenir compte lorsqu’on s’attaque à la violence psychologique : les agresseurs ne sont généralement pas des tortionnaires au début.

Dans le cas de violence psychologique conjugale, ils peuvent s’intéresser de façon inhabituelle à  » vous protéger  » et s’assurer que vous ne commettez pas d’erreurs ou ne prenez pas de risques inutiles.

femme criant sur les effets masculins de la violence psychologique

Ils assument un rôle parental qui, à première vue, peut sembler bienveillant et engagé dans votre meilleur intérêt. Ils voient des menaces que vous ne voyez pas, et si vous ne vous sentez pas assez protégé (ou assez intéressant) pour les gens en qui vous aviez confiance pendant votre enfance, leur protection peut vous faire sentir aimé.

Mais une fois qu’ils vous ont, ils prennent de plus en plus le contrôle, érodent votre confiance en vous et s’attendent à ce que vous respectiez toutes les décisions qu’ils prennent – et vous punissent lorsque vous essayez de récupérer votre indépendance.

7 Effets néfastes de la violence psychologique

Il se peut que vous ne ressentiez pas tous les effets de la violence secrète énumérés ici, mais au moins certains d’entre eux devraient vous sembler familiers.

1. Engourdissement

C’est la façon dont votre corps vous protège de la douleur infligée par la violence psychologique à long terme. Vous ne vous sentez pas bien, mais vous ne vous sentez pas mal non plus ; vous ne vous sentez rien parce que c’est plus sûr.

Mais en dessous de tout ça, le traumatisme est toujours là. Une fois que vous aurez fait face à cela et reconnu que vous souffrez – et que votre douleur est une réponse raisonnable à un langage et un comportement abusifs – vous pourrez commencer à travailler à votre libération et à votre guérison.

Connexe : 13 Signes avant-coureurs d’un conjoint ou d’un partenaire égocentrique

Vous avez besoin d’un endroit sûr pour reconnaître ces sentiments enfouis, pour vous honorer en décidant de l’action nécessaire (c.-à-d. pour vous éloigner de l’agresseur) et pour vous permettre de ressentir la douleur de la perte : la perte de ce que vous pensiez avoir ou ce que vous vouliez avoir avec lui.

Cette douleur peut encore être présente au milieu du soulagement que vous procure le fait de vous libérer enfin de la relation violente. Cela peut prendre un certain temps avant que vous ne vous sentiez assez en sécurité pour vous sentir quoi que ce soit.

2. Le ressentiment et l’agressivité

Ce qui accompagne souvent la douleur enfouie de la perte, c’est le ressentiment : la colère se développe, et elle peut dépasser l’engourdissement et vous provoquer à des accès de colère ou à des comportements passifs-agressifs.

Vous direz et ferez des choses que vous ne feriez pas si vous étiez satisfait de votre relation. Les choses vont sortir, et bien que vous n’ayez jamais envisagé de quitter l’agresseur, vous vous sentez prêt non seulement à partir, mais aussi à brûler les ponts derrière vous.

homme criant aux effets de la violence psychologique sur les femmes

Vous ne voulez pas non plus une combustion lente, vous voulez un enfer. Tu veux une explosion parce que tout en toi s’est accumulé jusqu’à ça. Et jusqu’à ce que tu le laisses sortir, ça te brûle à l’intérieur.

Vous pourriez le laisser sortir petit à petit avec un humour caustique, des diatribes critiques (à l’agresseur ou à quelqu’un d’autre) et un comportement passif agressif – juste pour soulager un peu la pression – mais le soulagement est illusoire et insuffisant.

Vous voulez que l’agresseur vive – de façon épique – la douleur qu’il ou elle a infligée.

Ou si vous ne pouvez pas punir votre agresseur (soit à cause de la peur ou d’un attachement fort), vous pourriez diriger votre agressivité vers d’autres personnes, ce qui pourrait d’abord vous offrir un certain soulagement, mais au bout du compte, vous faire sentir plus mal dans votre peau.

Il se peut même que vous provoquiez délibérément une réaction de colère, simplement parce que cela vous semble plus familier – et plus réel – que la conversation amicale que vous aviez l’habitude d’avoir avec eux.

3. Troubles du sommeil et cauchemars

Le traumatisme causé par la violence psychologique ne vous donne pas de répit quand vient l’heure d’aller au lit. Vous pourriez passer des heures à ruminer sur les paroles ou les actes abusifs de quelqu’un ou à revivre ces scènes douloureuses encore et encore.

Connexe : 8 signes d’abus narcissique

Avec le manque de sommeil, vous avez moins d’énergie pour faire face à l’abus, et votre performance globale et votre humeur en souffrent, ce qui fait de vous une cible facile pour encore plus d’abus – ce qui vous empêche de dormir quand vous en avez désespérément besoin.

Si vous êtes capable de dormir, cependant, le traumatisme ne s’éteint pas lorsque vous perdez conscience ; votre cerveau voudra continuer à travailler là-dessus, et puisque vous ne pouvez pas contrôler ou arrêter le flux vidéo subconscient, vous finissez par revivre le traumatisme d’une nouvelle façon.

Les cauchemars peuvent rester avec vous même après la fin d’une relation violente et peuvent être associés au syndrome de stress post-traumatique (SSPT).

4. Toxicomanie

Lorsque votre relation vous apporte plus de douleur que de plaisir, il est assez courant de chercher du réconfort dans des médicaments qui stimulent la production de substances chimiques « heureuses » pour le cerveau (comme la dopamine et la sérotonine).

Et il n’est pas difficile de devenir dépendant de ces drogues pour se sentir bien (ou du moins mieux) – surtout après avoir été victime d’une autre tirade abusive ou épuisante sur le plan émotionnel.

Celui qui inflige la violence n’a même pas besoin d’être conscient ou ouvertement abusif ; souvent, ce que nous percevons comme dommageable sur le plan émotionnel prend la forme d’une négativité répétée dans les paroles de la personne que nous aimons.

Tous les jours après le travail, ils se lancent dans des diatribes du genre « Pourquoi moi ? » en disant des choses comme « Dieu ne veut pas que je sois heureux ou que je réussisse » ou « Je n’en sais pas beaucoup plus avant de me tuer ou de mourir d’une crise cardiaque »

homme et femme assis à table discutant des effets de la violence psychologique

Derrière ces rumeurs se cache le subtil rappel que vous n’en faites pas assez pour améliorer les choses.

Essaie d’écouter ça pendant des années et ne pas ou de plus en plus en colère et sujettes à des explosions explosives.

Après une autre diatribe ou une autre conférence ou un autre rappel de « combien nous sommes pauvres (et c’est ta faute) », qui ne voudrait pas d’un remontant, même en sachant que l’ascension des esprits n’est que temporaire ?

5. Questions relatives à la fiducie et demande d’approbation

Lorsque la violence psychologique a pris racine et a miné votre confiance et votre estime de soi, vous êtes moins susceptible de croire que les autres vous aimeront ou vous apprécieront comme vous êtes. Ce que l’agresseur a dit (même si ce n’est pas ouvertement), c’est « Vous n’êtes pas assez (pour moi) »

Ainsi, vous pourriez chercher des moyens de gagner l’approbation de vos proches et d’autres personnes dont les opinions comptent pour vous :

  • S’intéresser de très près à l’apparence de votre plus belle apparence
  • Faire de bonnes choses pour les autres (dans l’espoir d’être remarqué et apprécié pour cela)
  • J’essaie très fort de plaire aux gens.
  • Accomplir davantage et devenir obsédé par l’accomplissement

Même si d’autres manifestent de l’appréciation pour votre apparence ou pour quelque chose que vous avez fait, cela ne vous convaincra jamais assez.

Connexe : 35 Signes inquiétants de l’éclairage au gaz dans une relation

Vous avez toujours l’impression que vous feriez mieux de faire X, Y et Z – et vous feriez mieux d’y aller ne pas faites A, B ou C – ou les louanges que vous entendez se transformeront en diatribes de déception ou de colère (ce à quoi vous vous êtes habitué).

6. Sous-performance

Vous pourriez vous détendre et laisser votre performance souffrir – à l’école, au travail et à la maison. Vos sentiments de faible estime de soi ont commencé à s’infiltrer dans vos efforts.

Quand vous ne vous sentez jamais assez bien, vous commencez à être à la hauteur de cette faible attente. Ou encore, vous pourriez ne pas être à la hauteur en tant que moyen passif-agressif de vous venger de votre agresseur.

Si votre conjoint s’attend à ce que vous fassiez les travaux ménagers, vous pourriez tout simplement les éviter ou les faire à contrecœur. S’il critique votre apparence, vous cessez de prendre soin de vous et de votre apparence.

Il est difficile de conserver des habitudes positives quand on ne se sent pas digne ou apprécié.

Si la récompense pour une performance optimale – pour avoir fait de son mieux – est inexistante ou tout aussi mauvaise (dans votre esprit) que les conséquences d’un relâchement, qui peut vous blâmer d’avoir choisi le chemin le plus facile vers le même résultat ?

7. Anxiété, dépression et pensées et comportements suicidaires ou autodestructeurs

L’effet des critiques fréquentes, des conférences frondeuses ou des monologues qui s’apitoient sur leur sort peut refroidir l’esprit de n’importe qui. Mais l’effet de la violence psychologique à long terme va plus loin que la tristesse momentanée ou le sentiment d’être « déprimé »

Si votre discours reflète celui que vous entendez jour après jour, il multiplie les effets de la violence, vous entraîne vers le bas et vous rend malade – physiquement, mentalement et émotionnellement.

L’accumulation de paroles et d’actes abusifs, qui mènent à un discours autologue toxique, n’est pas quelque chose dont on se détache. Même si l’agresseur n’est plus dans l’image, si vous écoutez encore mentalement les mêmes bandes que vous avez enregistrées lorsque l’agresseur était avec vous, votre formation reprendra là où l’agresseur s’est arrêté.

Il faut être conscient de l’existence de ces scripts abusifs pour commencer à les remplacer par un dialogue personnel qui vous aide à vous construire et à guérir.

Sans cette prise de conscience, vous êtes vulnérable non seulement à l’anxiété et à la dépression, mais aussi aux pensées suicidaires (pour échapper à la violence qui se poursuit dans votre tête) et à l’automutilation (pour vous punir ou pour vous distraire de la douleur émotionnelle).

Guérir de la violence psychologique

Tant que vous n’avez pas pris conscience de la violence et de ses effets sur vous, vous ne pouvez pas commencer à vous libérer – à l’intérieur comme à l’extérieur – de son emprise. Et tu ne peux pas commencer le processus de guérison.

Il faut du courage pour admettre qu’on est victime de violence psychologique de la part d’une personne en qui on devrait pouvoir avoir confiance. Il faut aussi du courage pour choisir de se libérer de cet abus et de faire ce qu’il faut pour commencer à guérir.

Connexe : 7 étapes pour guérir de la violence psychologique

Les éléments suivants peuvent tous faire partie de la libération, de la guérison ou des deux :

  • Parler à un conseiller de confiance
  • La tenue d’un journal
  • Contre le discours négatif sur soi avec la vérité et la gratitude
  • Pardonner à l’agresseur, mais ne pas tolérer ou minimiser la violence
  • S’intéresser de nouveau à une compétence ou à un passe-temps qui vous illumine de l’intérieur
  • Tendre la main aux autres pour obtenir de l’aide
  • Lire des livres qui vous aident à surmonter la douleur et à la dépasser

Les séquelles de la violence psychologique n’ont pas à être  » normales  » pour le reste de votre vie ; vous méritez mieux et vous pouvez prendre des mesures dès aujourd’hui pour remplacer ces textes nuisibles par des textes sains et qui renforcent votre confiance.

Effets de la violence psychologique (7 effets néfastes à long terme) Cliquez pour tweeter

Créez votre nouvelle normalité.

Cela vous a-t-il aidé à identifier la violence psychologique et ses effets à long terme ? Si nous vous avons mis sur la voie de la guérison ou si nous vous avons donné une ressource pour aider quelqu’un que vous aimez, cet article a atteint son but.

Plus vite vous commencez à vous dire la vérité sur qui vous êtes et ce dont vous êtes capable – ce qui est beaucoup mieux que les scripts négatifs et limitatifs qui ont été joués automatiquement dans votre tête – plus vite vous pourrez passer à autre chose et devenir plus heureux.

Et plus vous pouvez aider les autres à faire face au même traumatisme.

Ce que vous avez vécu peut faire de vous un ardent défenseur des droits d’autres personnes qui ont été victimes de violence psychologique. Vous savez maintenant que survivre à une telle situation, c’est plus que rompre avec l’agresseur, et plus vous guérissez, plus vous pouvez aider les autres à faire de même.

Prenez un moment pour partager cet article sur votre plateforme de médias sociaux préférée. Cette seule action pourrait changer la vie de quelqu’un pour le mieux.

Que votre résilience et votre courage influencent tout ce que vous faites aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *